Valeurs indicatives en baubiologie

Les valeurs indicatives en baubiologie sont des valeurs de précaution. Elles concernent les zones de repos et de sommeil,la période de régénération particulièrement sensible de l’homme et le risque à long terme qui y est lié. Elles sont basées sur l’état actuel des connaissances et de pratique en baubiologie et s’orientent à ce qui est réalisable. Par ailleurs, des études scientifiques et d’autres recommandations sont mises à contribution de l’évaluation. Avec le standard de la technique de mesure en baubiologie, il s’agit de l’identification, de la minimisation et de la prévention professionnelle des influences critiques de l’environnement dans les bâtiments. L’exigence et l’objectif sont l’identification, la localisation et l’estimation des sources des expositions significatives, avec le respect global de tous les points du standard et la synthèse experte des nombreuses possibilités de diagnostic pour créer un milieu de vie le moins pollué et le plus naturel.

Valeurs indicatives en baubiologie

Qu’est ce que la baubiologie ?

Le terme de Baubiologie est d’origine allemande. Il a été introduit en 1969, en Allemagne, par le fondateur de l’Institut de Baubiologie de Neubeuern IBN, le Professeur Anton Schneider.

Aujourd’hui, ce terme est porteur de sens Outre-Rhin, au point d’être exporté dans d’autres pays du monde : ainsi en Anglais on utilise le terme de Bau-Biology®, en Italien on utilise le terme allemand d’origine, tout comme dans les autres pays dans lesquels l’Institut allemand a développé des contacts ou aidé à la constitution d’Instituts locaux.

La traduction française la plus adéquate semble être « architecture bio-dynamique », mais en regardant les multiples significations du terme allemand, on comprend que cette traduction emporte une diminution de sens. On peut également observer en France un mouvement d’invention et d’application d’expressions composées pour désigner, et surtout protéger des courants nouveaux dans la construction, qui souvent ne sont pas si nouveau que ça.

Un des termes français les plus connus est « écoconstruction », il est apparu à la fin des années 1960, il consiste en la création d’un bâtiment doté de technologies respectant au mieux l’environnement. Les principes directeurs de l’écoconstruction sont détaillés dans la démarche de haute qualité environnementale HQE®. Les nouveaux termes peuvent être « architecture bionique », « bioarchitecture », « biologie de l’habitat », « médecine de l’habitat » … mais pour désigner la vision globale au centre de la Baubiologie, il convient d’utiliser le terme allemand d’origine.

sources : Institut Français de Baubiologie et d’Ecologie (IBEF)